Stockholm 73

Voici le récit en détail du braquage, par Jan-Erik Olsson, de la Kreditbank en Suède, en 1973, fait divers à l’origine de la notion de “syndrome de Stockholm”, syndrome d’identification à l’agresseur, voire d’affection vis-à-vis de son ravisseur. Mitraillette en main, Olsson, qui vient tout juste de s’évader de prison, retient sous la menace quatre employés, trois jeunes femmes et un homme. Plein d’aplomb, Olsson va jusqu’à obtenir de la police que celle-ci fasse sortir de prison son complice, un braqueur patenté, Clark Olofsson. Criminels et otages se replient dans la salle des coffres, confinement qui dure plusieurs jours. Peu à peu, les otages développent un sentiment d’empathie très fort pour leurs geôliers et, à l’inverse, une hostilité grandissante pour la police…

Journaliste et auteur de plusieurs ouvrages – Early Tales of the Atomic Age, The Man in the Thick Lead Suit, From Hiroshima to the Moon, A Summer’s Duckling,An Inquiry Into Enoughness ou encore Patriotism without Flags –, Daniel Lang (1913-1981) a collaboré durant quarante années au New Yorker, pour lequel il a notamment été correspondant de guerre. En 2018, a paru aux éditions Allia Incident sur la colline 192, reportage qui a inspiré Brian de Palma pour son film Outrages.